Les systèmes périmétriques de détection d’intrusion

Les systèmes périmétriques de détection d’intrusion

Les systèmes périmétriques de détection d’intrusion

Parmi les différents systèmes de détection d’intrusion, les détecteurs périmétriques permettent de surveiller les parois des bâtiments. Ils sont reliés à votre système d’alarme centrale. Votre depannage serrurier Lyon vous présente aujourd’hui ces différents systèmes pour protéger sa maison.

Les détecteurs d’ouverture

Les détecteurs d’ouverture détectent l’état, c’est-à-dire qu’ils détectent les tentatives d’intrusion par ouverture des fenêtres ou des portes lorsque l’alarme est en fonctionnement. Certains modèles sont adaptables aux volets roulants et aux portes coulissantes.

Il existe deux types de détecteurs d’ouverture : le détecteur à contact magnétique et le détecteur à contact mécanique

  • Le détecteur à contact magnétique est le type de détecteur d’intrusion le plus répandu. Son fonctionnement est simple. Il est composé de deux éléments, un aimant que l’on installe sur le bâti (la partie mobile de l’huisserie), et un boitier électronique que l’on raccorde à la boucle de détection installée sur le dormant (la partie immobile).
  • Le détecteur à contact mécanique est en réalité un interrupteur fixé sur l’huisserie. Lorsque cette dernière est fermée, le contact est fermé, le courant passe. Si on ouvre la porte ou la fenêtre, le contact est rompu dans la boucle de détection. Les contacts peuvent être soit en sailli, soit encastrés, ce qui est plus discret. Ces détecteurs ont une durée de vie moins longue à cause de l’oxydation. Ce détecteur est également sensible aux chocs et aux vibrations. L’humidité peut aussi faire travailler le bois et provoquer un mauvais contact entre les deux parties du détecteur.

Le ruban de détection

Les rubans sont argentés, dorés ou en étain. Ils permettent de protéger les vitres par un circuit électrique de surveillance. En cas de bris de vitre, les rubans se déchirent et le circuit est rompu, ce qui déclenche une alarme.

Les détecteurs de choc

Il existe différents types de détecteurs de choc. Parmi eux on trouve :

  • Le détecteur de choc à billes, qui comprend un capteur contenant des billes qui maintiennent des contacts électriques. Lors d’un choc, les billes bougent et rompent le contact. L’alarme se déclenche
  • Le détecteur de choc à masselotte comprend deux lamelles métalliques reliées par un câble qui les connecte au système d’alarme centrale. Lors d’un choc, les deux lamelles se décollent, déclenchant ainsi l’alarme.
  • Le détecteur sismique repose sur l’analyse des vibrations produites par un choc. On l’installe sur les parois peu solides. Il peut détecter tout type d’attaques : marteaux ou autre objet contondant, perceuse, explosif. Il s’agit de la méthode la plus complète en matière d’analyse de vibrations
  • Le détecteur de bris de verre, comme le détecteur sismique, repose sur l’analyse des vibrations, à la différence que celui-ci repère uniquement les fréquences émises par le bruit d’une vitre qui se brise

Les prix

Selon la technologie que vous choisirez, les prix sont très variables. Pour un système de protection périmétrique, qui va donc s’ajouter à votre système d’alarme centrale, compter de 5 euros pour les modèles de détecteurs d’ouvertures basiques. Les systèmes les plus perfectionnés peuvent coûter jusqu’à plusieurs centaines d’euros.